FILMS PRODUITS



« Éloge du doute » de Marie Poitevin | Documentaire | 52' | 2018

Eloge du douteSi la plupart d’entre nous a déja visité un musée, rares sont ceux qui ont eu l’occasion de le vivre. Les objets d’art ne sont pas des reliques immuables du passé, ils réagissent à leurs environnements, ils changent, ils veillissent. Heureusement,il se trouve que des femmes et des hommes ont décidé de viellir à leur cotés. Scientifiques, organisateurs, restaurateurs et autres penseurs les pansent et les étudient chaque jour, à l’abri des regards curieux. Marie Poitevin nous propose avec ce film une immersion personnelle dans cette vie secrète des musées, corps à corps avec les problèmatiques liées aux activités de restauration, à ces enjeux actuels. La réalisatrice se servira de personnages forts tels que Marina Bosvarou - responsable des campagnes de restauration - et Pierre stépanoff - jeune conservateur- pour nous conter, au travers de sa sensibilité, la restauration d’art. Comment envisage-t-on le traitement de cette mémoire collective, sa pérennité, depuis les écoles de formation avignonnaises jusqu’au centre de recherche et de restauration des musées de France, à l’abri dans la capitale, sous les jardins des tuileries ? Le film nous donnera à voir ces regards, ces mains, au plus près des œuvres dans des ateliers, dans les réserves de musées, mais aussi depuis les salles de réunion, les bureaux où se décident des stratégies à adopter, des priorité de soins, des évenements à organiser.... Le musée Fabre de Montpellier sera un des principaux chassis de ce travail de recherche, via ses équipes, et les défis qui sont liés au traitement de certaines de ces œuvres.

Avec la participation du Centre national du cinéma et de l’image animée, compte de soutien à l’industrie des programmes, et le soutien de Montpellier Méditerranée Métropole / Musée Fabre

Télécharger la fiche descriptive




« Ani-Maux » de Sylvère Petit | Documentaire | 52' | France 3 | 2017

Regarder la bande annonce

Film en replay sur le site de France 3 Occitanie


Ani-MauxPour son nouveau film documentaire "Ani-Maux", Sylvère Petit nous plonge dans le quotidien des patients d'une clinique vétérinaire. Son parti pris original est de se positionner - et nous avec - à hauteur des animaux pour une expérience inédite et puissante. Ainsi, nous accompagnons Max, Smith, Lilou, Kali avec leur douleur, leur vieillesse, leurs simples bobos jusqu'à la guérison et parfois la mort. De la salle d'attente à l'opération en passant par les doutes et les rires en consultation, progressivement leurs histoires agissent comme un étrange miroir sur nous-même.

«Ani-maux est un contrepoint à Primates, le film de Frederik Wiseman.
Ani-maux, de Sylvère Petit, est un film magnifique. Il m’a donné des moments de vraies et belles émotions (et tristes parfois). Il est comme un contrepoint au film de Frederik Wiseman, Primates, avec sa volonté de retrait, les bruits qui sonnent, les regards, la souffrance, les plans rapprochés, les humains à l’arrière plan. Mais un film de Wiseman qui serait, pour le coup, à la fois comme un diagnostic des changements d’époque et comme une façon d’annoncer certaines formes de réconciliation. C’est en réalité un film d’amour. Superbement réussi. J’adore ce parti pris de la caméra qui se met à la hauteur, car c’est cela être à la hauteur de ce que l’on décide de rendre.
Je suis vraiment très heureuse de ce film si beau.»
Vinciane Despret - philosophe, psychologue et éthologue de l'Université de Liège

Une coproduction Les Films d’Ici Méditerranée - Les Films d’Ici, avec la participation de France Télévisions, Avec la participation du Centre national du cinéma et de l’image animée. Avec le soutien de la PROCIREP, Société des producteurs, et de l'ANGOA

Télécharger la fiche descriptive




« Pierre Soulages » de Stéphane Berthomieux | Documentaire | 52' | Arte | Octobre 2017

Acheter le DVD

Pierre SOulagesA 97 ans, du haut de ses 1,90m, Pierre Soulages est solide comme un roc. L'esprit alerte, la main toujours sûre, il est l'un des derniers mythes vivants de la peinture abstraite.
Pour ce documentaire, Stéphane Berthomieux nous propose de vivre l’expérience de la lumière qui vient du noir en parvenant à conjuguer trois niveaux de récits : les archives, les témoignages mis en scène et les voix-off. Cette approche à la fois biographique et poétique nous permet de découvrir la place de Soulages dans l’art des XXe et XXIe siècles tout en prenant conscience de la modernité de sa peinture, de la puissance de son noir et de l’énergie qui s'en dégage.
Plusieurs personnalités s’associent au documentaire. Du linguiste Pierre Encrevé, spécialiste et ami depuis 40 ans de Pierre Soulages à l’astrophysicien Daniel Kunth, à l’assistant de Pierre Soulages Dan Mc Enroe, au philosophe Alain Badiou, au musicien Jean-Michel Jarre ou encore au recteur de la cathédrale de Rodez Jean-Luc Barrié, tous nous permettent d’approcher l’œuvre de Soulages sous un angle inédit, affirmant ainsi la contemporanéité évidente de cet artiste déjà légendaire.
Stéphane Berthomieux a relevé un défi en réalisant de documentaire : faire connaître Soulages d'une manière didactique avec une exigence esthétique et toujours émotionnelle.
De la science à l’émerveillement, et avec comme trame centrale l’Outrenoir, nous suivons Soulages dans sa quête de la lumière. Ce documentaire apparaît comme un hommage à une œuvre puissante et à un homme atemporel. 

Une coproduction Arte France, Les Films d'Ici Méditerranée, Les Films d'Ici, avec la participation de TV Sud. Produit avec la participation du Centre national du cinéma et de l'image animée - Avec le soutien de La Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée, en partenariat avec le Centre national du cinéma et de l'image animée, La Procirep, Société des producteurs et de l’Angoa.

Télécharger la fiche descriptive




« La guerre du vin » de Sébastien Le Corre | Documentaire | 52' | France 3 Languedoc-Roussillon| Novembre 2016

Acheter le DVD

Regarder le film en VOD

La Guerre du vinLe film "La Guerre du vin" a reçu deux prix au Festival International Oenovideo 2017 à Bordeaux : La Mention spéciale « Témoignage » du Grand Jury et le Prix du Public décerné par La Cité du Vin.

Ce film est l'histoire d'un retour, après quatre décennies, sur la fusillade de Montredon-des-Corbières, coup d'arrêt porté à la révolte des « comités d'action viticoles ».
Dans les années 60/70, les viticulteurs du Midi font parler la poudre, et défrayent la chronique. Leurs revendications, en marge du syndicat officiel : freiner les importations de vin, réguler le marché agricole en Europe. Barrages routiers, affrontements avec les CRS : la tension est montée, jusqu'au jour où tout a basculé, le 4 mars 1976.
Ce jour-là, chez les milliers de manifestants qui se sont donné rendez-vous à quelques kilomètres de Narbonne, certains sont venus avec des fusils. Quand les CRS arrivent, les coups de feu détonnent.
Bilan : deux morts, des blessés par dizaines, et un paysage syndical qui, depuis, reste pétrifié à l'idée de rejouer la même tragédie.

En 2016, que reste-t-il des « comités d'action viticoles » ?
J'ai décidé de rencontrer André, Popo, Juliette et les autres, ceux qui leur ont jadis donné corps.
Ils nous racontent la nature ambivalente de leur lutte, son côté violent, mais aussi le sentiment de nostalgie qui lui est associé. Il s'agit, au bout du compte, de porter un regard frontal sur ce combat pour en vaincre les fantômes, et enfin, avancer.

Une coproduction France Télévisions, Les Films d’Ici Méditerranée, Les Films d’Ici. Avec la participation du Centre national du cinéma et de l'image animée. Avec le soutien de la Région Occitanie Pyrénées Méditerranée en partenariat avec le Centre national du cinéma et de l'image animée.

Télécharger la fiche descriptive



« Ceux qui restent » d'Omar et Ola Shami | Documentaire | 52' | France 3 ViaStella | Décembre 2016

Ceux qui restentAin-Bal, notre village d'enfance, compte aujourd'hui 70 habitants, alors qu'il en comptait 4000 il y a quelques décennies. Depuis, ce village passe la majorité de son temps à espérer, à crier les noms de ceux qu’ils l’ont abandonné, et à attendre leur retour. Ce documentaire poétique illustre le lent passage du temps à Ain-Bal, un village libanais noyant les souvenirs d’un passé vivant à un présent en sommeil." Ola et Omar Shami.


Une coproduction Les Films d’Ici Méditerranée, Betterfly Pictures, Les Films d'Ici 2. Avec la participation de France Télévisions. Avec la participation du Centre national du cinéma et de l'image animée. Avec le soutien de la Région Occitanie Pyrénées Méditerranée en partenariat avec le Centre national du cinéma et de l'image animée. Avec la participation de TV Sud Montpellier. Film soutenu par le TFI Documentary Fund’s TFI Award et par Sundance Institute Documentary Film Program.

Télécharger la fiche descriptive